lundi , 20 novembre 2017
Accueil / ACTU / Yvelines : Des animaux maltraités retirés à leurs maîtres

Yvelines : Des animaux maltraités retirés à leurs maîtres

Une mère et son fils ont été entendus par la police après la découverte du cadavre d’un chat infesté de puces dans un immeuble. Leurs animaux ont été placés.

Une femme de 46 ans et son fils, âgé de 24 ans, ont été interpellés, ce lundi, à Versailles, pour maltraitance envers leurs animaux domestiques et, surtout, pour avoir infesté leur immeuble de puces. L’affaire commence lorsque les habitants de cet immeuble de la rue de la porte de Buc font appel à la mairie et à une société spécialisée dans l’élimination des insectes nuisibles dont ils sont envahis. «Le technicien a inspecté les parties communes et il a découvert dans un sac plastique le cadavre d’un chat infesté de puces», indique une source proche de l’affaire.

La chatte Bella, 1 an, était couverte de puces

La société d’extermination prévient la police. Les soupçons s’orientent vers un appartement. Les fonctionnaires tapent à la porte ainsi désignée et découvrent à l’intérieur un chien avec une patte brisée et un autre chat, infesté de puces. Le chien aurait été blessé «par une fessée» précisent les propriétaires de l’animal, sans donner davantage d’explications. «Il y aurait aussi un autre chat enterré dans le jardin de la propriété, reprend la source proche de l’enquête. Mais nous n’avons pas creusé pour le trouver…»




Dans l’immeuble, on n’est guère étonné par ces découvertes. «On ne pouvait pas entrer et sortir de chez nous à cause de l’odeur et de toutes les puces ! On voyait un chat plein de sang s’arrachant les poils, on avait alors prévenu la SPA, l’hygiène, la mairie…», indique un voisin. «On a vécu un été horrible, ajoute un autre habitant. On ne pouvait même pas ouvrir les fenêtres. Il y avait des nids de puces dans les appartements, on a même hésité à aller vivre à l’hôtel en attendant. Les spécialistes n’ont même pas pu entrer dans l’appartement des animaux sans un masque tellement l’odeur était horrible. Le chien n’était pas sorti, il faisait ses besoins à l’intérieur…»

La mère et son fils, qui vivent d’une allocation d’handicapé, ont été conduits au commissariat pour être entendus. Guère coopératifs, ils ne reconnaissent aucune maltraitance, se disant même indignés par les mesures prises par la police à leur encontre. Ils devraient être convoqués dans les prochaines semaines et seront jugés par le tribunal de police. Ils risquent une contravention de quatrième classe, soit un montant de 750 euros, et une interdiction de détenir des animaux. En attendant, Bouba, leur chien de 3 ans, et Bella, la chatte de 1 an, ont été placés dans un refuge.



Écrit par Petnews

wavatar

La rédaction de Pet News….

Regardez également

Prévenir l’asthme chez l’enfant !!! en adoptant un chat

Vous pouvez désormais essayer de prévenir l’asthme chez votre enfant. Il suffit d’adopter un animal …

Un commentaire

  1. Enfermement à vie en hôpital psychiatrique, pour les deux ce sont des tarés v, de gros malades
    Les animaux sont certainement mieux traités dans une SPA plutôt que de rester chez ces bâtards