mardi , 17 juillet 2018
Accueil / ACTU / Son yorkshire attaqué et tué en pleine rue !!! elle porte plainte contre le propriétaire

Son yorkshire attaqué et tué en pleine rue !!! elle porte plainte contre le propriétaire

Après l’attaque survenue le 23 juillet, à Saint-Martin-du-Var, elle lance un cri d’alerte et réclame que la loi pour les chiens d’une certaine catégorie soit respectée

« En ce moment, je dors mal, le spectacle tourne en boucle dans ma tête… »Assise dans un coin ombragé du salon, un cliché de Moustique à portée de main, Marie (à sa demande le prénom a été changé) a les traits du visage tirés. Séquelles indirectes de la mésaventure vécue il y a près de deux semaines. D’autres, bien plus impressionnantes, s’affichent sur son bras gauche, convalescent.

« J’ai une plaie délabrante de 10 cm, indique-t-elle en soulevant sa manche. On m’a enlevé les points il y a une semaine, il faut surveiller les risques d’infection. Mais, vous savez, la douleur est davantage psychique que psychologique… »

Une douleur qui remonte au 23 juillet. Il est 6 h 30, quand Marie, habitante de Saint-Martin-du-Var depuis six ans, et Moustique, son jeune yorkshire, partent en promenade. Une balade qui, au moment de traverser l’avenue Pasteur, vire au cauchemar.

« SI ON VEUT UN CHIEN, ON RESPECTE LA LOI! »

« Deux molosses sont arrivés et l’ont empoigné de chaque côté. Je ne peux pas dire combien de temps ça a duré… J’ai hurlé à l’aide, donné des coups de pied, de poings. Deux personnes sont finalement venues à mon secours… »

Préoccupée par l’état de son chien, elle dit n’avoir « même pas senti les morsures. »




Conduite à l’hôpital Pasteur, elle y apprendra la mort de Moustique. « J’avais encore espoir mais on m’a vite dit que c’était fini. »

Son combat, à elle, continue. Après avoir déposé plainte contre le propriétaire des chiens, elle souhaite que son histoire « serve de déclencheur. » Avec un leitmotiv: plus jamais ça!

« J’ai écrit en mairie car j’ai déjà vécu ce type de rencontres, qui se sont mieux terminées,assure-t-elle. Il y a quelques années, mon lhassa apso avait eu l’oreille déchirée. Ici, chacun fait ce qu’il veut! »

Alors, son message est clair: « Si on veut un chien d’une certaine catégorie, on respecte la loi: laisse et muselière. Des gens ont peur de sortir. Et si c’était un enfant qui promenait son petit chien ce matin-là, que se serait-il passé? »

Un message qui a trouvé écho, puisque, au-delà « des soutiens » sur les réseaux sociaux, une pétition a été lancée il y a une semaine, récoltant une cinquantaine de signatures.

Si elle assure ne pas vouloir la mort des deux animaux -« j’aime trop les chiens, ils n’ont pas à être victimes de la bêtise humaine »- Marie indique qu’elle ira « au bout » de sa démarche: « je ne fais pas ça pour l’argent. Ca prendra le temps qu’il faudra. »

LA MAIRIE « VEUT L’EUTHANASIE »

Joint au téléphone, Arnaud Lenormand, le directeur général des services de Saint-Martin-du-Var, confirme « que cette dame a écrit en mairie il y a 2/3 ans. Nous l’avons signalé à la gendarmerie et tous les chiens connus de la commune ont été contrôlés. »

Il poursuit, fataliste: « Dire que tout le monde respecte la loi concernant la muselière et la laisse, c’est comme dire que personne ne téléphone au volant. Il y a des gens respectueux des lois. Et d’autres… »

Néanmoins, la mairie ne compte pas en rester là: « On s’est rapproché de la gendarmerie et la préfecture pour savoir s’il existe une procédure pour euthanasier les chiens auteurs de l’attaque. Le maire, Hervé Paul, s’est constitué partie civile. Nous avons cette volonté, pour que ça serve d’exemple. »



Écrit par Petnews

wavatar
La rédaction de Pet News....

Regardez également

Comment prendre la température de son chat ?

Comment savoir si votre chat a de la fièvre ? Son attitude est différente, il …