mercredi , 25 avril 2018
Accueil / ACTU / Rennes : C’est vraiment nul, on a tiré sur mon chat

Rennes : C’est vraiment nul, on a tiré sur mon chat

Cette Rennaise est furieuse ! La semaine dernière, son chat est rentré à la maison, dans le quartier Sud-Gare, avec deux impacts de projectiles dans le corps.

« Il a l’habitude de partir se promener dans le quartier. Il passe de jardin en jardin. La semaine dernière, il est rentré avec deux blessures. L’une au ventre, l’autre dans la patte », raconte Lise, une Rennaise de 25 ans qui habite dans le quartier Sud-Gare.

La victime est son chat Spliff, un adorable matou à la robe noire avec des taches blanches sous le ventre. « Il est vraiment très câlin et forcément, j’y tiens énormément. »

Intriguée par ses blessures, Lise décide d’amener son chat chez un vétérinaire. « Ce ne sont pas des blessures qui sont dues à une bagarre avec d’autres chats. Elles ont été provoquées par des impacts de projectiles » explique-t-elle, furieuse. Quelqu’un, avec une arme indéterminée, a pris son chat comme cible et l’a touché par deux fois.

« C’est vraiment nul de tirer sur des animaux. Heureusement qu’il n’a été que légèrement blessé, mais cela aurait pu être beaucoup plus grave. » Sans compter les frais qu’elle a dû engager pour le soigner : « Une centaine d’euros. »

Si Spliff aujourd’hui va bien, Lise reste très en colère. Et elle l’a fait savoir sur des affiches dans le quartier : « Attention, si vous êtes propriétaire d’un chat, quelqu’un dans le quartier s’amuse à tirer sur les chats », peut-on lire. Et à l’adresse du tireur : « Si vous être pris de remords et voulez participer aux frais de vétérinaire, merci de nous contacter »

La jeune femme compte porter plainte au commissariat. « Ce n’est pas la première fois que des animaux domestiques sont pris pour cible et je veux marquer le coup. »

Acte pénalement condamnable

Pour rappel, torturer, blesser ou tuer intentionnellement un animal domestique ou apprivoisé est un délit réprimandé par l’article 521-1 du Code pénal. « Le fait, publiquement ou non, dexercer des sévices graves, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou tenu en captivité, est puni de deux ans demprisonnement et de 30 000 € damende. » Les auteurs d’infractions concernant des animaux peuvent aussi se voir interdire d’en détenir.

D’après les témoignages de riverains, d’autres chats dans le quartier Sud-Gare ont été victimes de tirs indéterminés ces derniers temps. Parce qu’ils prolifèrent ? « Il y a de plus en plus de chats qui traînent et on ne sait même pas s’ils sont domestiqués ou pas, peste une riveraine. Certaines nuits, on les entend se battre. » De là, à les tirer comme des lapins.

Écrit par Helene

wavatar
Par amour des animaux, pour les animaux.

Regardez également

Quatre mois après sa disparition, la chienne « Peach » perdue à Paris retrouvée… à Rouen !!!

Sophie et Lucas n’avaient pas revu leur chienne Peach depuis le réveillon de Noël 2017 …