dimanche , 22 juillet 2018
Accueil / ACTU / Isère : un petit garçon de deux ans attaqué à la tête après l’attaque d’un chien !

Isère : un petit garçon de deux ans attaqué à la tête après l’attaque d’un chien !

Un chien confié par un ami pendant un séjour à l’étranger a attaqué et grièvement blessé un enfant de deux ans à Villefontaine (Isère).

Un petit garçon de deux ans a été grièvement blessé vendredi dernier après avoir été attaqué et mordu au niveau de la tête par un chien à Villefontaine (Isère).

Selon le quotidien régional, l’accident est survenu vendredi dernier vers 19 heures rue du Bret à Villefontaine. Les parents ont été alertés par les cris de douleur de leur fils avant de découvrir, dans le salon, leur enfant la tête ensanglantée et le chien qui continuait de le mordre. Pour une raison qui reste inexpliquée, le chien a planté ses crocs au niveau de la tête du jeune enfant. L’animal a infligé de très graves blessures au petit garçon puisqu’il lui a notamment arraché les oreilles.

Les pompiers ont transporté en urgence le petit garçon vers l’hôpital de Bron. Ses jours ne seraient plus en danger mais la jeune victime devrait souffrir d’une infirmité permanente. L’enquête confiée à la gendarmerie de Villefontaine a permis d’établir que le chien avait été confié par un proche de la famille pendant un séjour professionnel à l’étranger. Le chien qui se trouvait dans le jardin aurait sauté sur l’enfant au moment où ce dernier a ouvert la porte-fenêtre du salon. L’animal a été placé en fourrière.

Écrit par Helene

wavatar
Par amour des animaux, pour les animaux.

Regardez également

Comment prendre la température de son chat ?

Comment savoir si votre chat a de la fièvre ? Son attitude est différente, il …

Un commentaire

  1. et oui comme d’habitude surtout avec un chien qui n’est pas à soi, les parents n’ont pas surveillé leur enfant et le chien, cette porte fenêtre n’aurait jamais dû pouvoir s’ouvrir sans la surveillance des parents, cela est désolant pour ce petit enfant mais également pour le chien, on ne sait pas comment cela c’est réellement passé, donc je ne critiquerai pas plus