lundi , 23 avril 2018
Accueil / ACTU / En Espagne, des milliers de lévriers sont torturés et massacrés chaque année et personne n’en parle !

En Espagne, des milliers de lévriers sont torturés et massacrés chaque année et personne n’en parle !

L’Espagne ne fait pas l’unanimité lorsqu’on parle de la traite des animaux car il n’y a pas que les taureaux qui en sont les victimes. Les lévriers Galgos, par exemple, on en parle pas assez, voire jamais, mais ces chiens sont très recherchés car ils ont des aptitudes physiques assez impressionnantes.

Ils savent courir très vite et du coup, ils sont utilisés pour la chasse. Ils ont une morphologie qui leur permettent de s’élancer à toute allure pour attraper les lièvres et les lapins. Mais derrière cela se cache une maltraitance que beaucoup tentent de dissimuler. 

« Certains propriétaires entraînent leurs lévriers en les attachant derrière une voiture et en roulant à 60 km/h, au risque de les traîner au sol », raconte Eduardo Aranyó, coordinateur du Parti de défense des animaux (Pacma) pour l’Andalousie.

L’Espagne est encore un des rares pays d’Europe à autoriser la chasse avec des lièvres que les Galgos attrapent, tuent et rapportent.

En France, cette chasse est interdite depuis 1844.

« En Espagne, il y a une profonde différence entre la ville et les zones rurales. A Madrid, il est très rare de voir un animal abandonné », explique Silvia Barquero, vice-présidente du Pacma.

L’animal n’est que passager car les personnes qui chassent avec des chiens en ont au moins dix et se les font se reproduire dans l’espoir qu’un champion sorte du lot. « Le chien domestique est un être affectueux que nous aimons, que nous soignons. Mais pour les chasseurs, les chiens sont un instrument, comme un fusil ou des bottes spéciales », affirme un porte-parole du service de protection des animaux de la Guardia civil, Seprona.

A la fin de la période de chasse, les lévriers sont pendus ou noyés

« Il y a de moins en moins de pendaisons mais on continue à tuer chiots et chiens, en les jetant dans des puits parce que cela ne se voit pas, ou en leur cassant les pattes pour qu’ils ne reviennent pas », s’indigne la fondatrice de Lévriers en famille, Vera Thorennar.

Des centaines de chenils clandestins

Eduardo Aranyó, du Pacma, a obtenu gain de cause lorsqu’il a livré un combat judiciaire contre ces propriétaires de chenils. Chaque propriétaire a été condamné à verser entre 2.000 et 30.000 euros pour infraction aux règles sanitaires. C’est déjà une première victoire dans ce long combat.

Chaque année, en Espagne, ce sont pas moins de 150.000 animaux qui sont abandonnés dans la nature mais plus de 50.000 d’entre eux sont des lévriers.

 

 

 

 



Écrit par Petnews

wavatar
La rédaction de Pet News....

Regardez également

Yvelines : Il écrase son chien sur le mur sous les yeux de ses enfants

L’homme, déjà écroué pour violences conjugales, devra répondre du meurtre d’un chiot devant le tribunal. …