samedi , 24 février 2018
Accueil / ACTU / Dordogne : dix ans après, le chien retrouve son maître

Dordogne : dix ans après, le chien retrouve son maître

Volé, ce bouledogue a passé une décennie dans un élevage clandestin de chihuahuas. La SPA de Bergerac l’a recueilli et a retrouvé son propriétaire.

Il y a deux ans, la Société protectrice des animaux (SPA) de Bergerac, en Dordogne, avait reçu l’appel d’un particulier du Pays foyen, qui dénonçait un de ses voisins. Manifestement, cet homme s’adonnait à l’élevage clandestin de chihuahuas. La SPA avait alors décidé de se rendre sur place, non sans prévenir au préalable les gendarmes. Mais ceux-ci lui avaient demandé de se tenir à l’écart, car sur le même individu pesaient des soupçons de trafic de stupéfiants et l’association avait obtempéré.

Puis, plus rien jusqu’au mois de décembre dernier. Là, c’est une femme de ce même Pays foyen qui a sollicité la SPA. Devant être hospitalisée, elle a demandé à l’association de recueillir ses chiens, une quinzaine en tout, dont 14 chihuahuas qu’elle avait recueillis après le départ de son voisin, le fameux éleveur clandestin, disparu dans la nature.



La SPA les a installés dans son chenil, et s’est lancée à la recherche du ou des propriétaires de ces animaux. Sur 15 chiens, le détecteur de puces d’identification n’a retenti que deux fois. La première, pour un chihuahua dont le propriétaire était domicilié à Langon (Gironde). Alertée, cette personne a confirmé l’information, précisant que son chien avait été volé il y a quatre ans. Ravie d’apprendre qu’il avait été retrouvé, elle est venue le récupérer.

La seconde puce détectée l’a été sur un bouledogue français, dont la propriétaire n’était autre que la femme qui avait légué les chiens.

160 euros au lieu de 1 000

Mais, fin décembre, une autre dame a appelé, assurant que c’était son chien, perdu il y a neuf ans. Résidant du côté de Castillon (33), elle a décidé de le récupérer coûte que coûte. Au moment de le lui remettre, le bouledogue est de nouveau passé au détecteur, et une seconde puce a été trouvée sur l’animal. Seconde puce posée il y a dix ans, certifiant qu’il s’agissait bien de l’animal de la Girondine. Cette dame, qui avait perdu un petit chiot, a finalement retrouvé un vieux molosse.

Restait encore 13 chihuahuas sans identité. Leurs photos mises en ligne sur la page Facebook de l’association ont été partagées des milliers de fois, et des appels téléphoniques ont surgi d’un peu partout. Au final, les chiens ont tous rapidement trouvé un nouveau propriétaire. Pas étonnant quand on sait qu’adopter un chien à la SPA, quelle que soit sa race, coûte 160 euros, alors qu’un chihuahua « lofé », c’est-à-dire inscrit au Livre des origines français, peut être vendu autour de 1 000 euros.

Pascal Rosenplac, le directeur de la SPA de Bergerac, tire trois enseignements de cette histoire : « Les élevages clandestins sont des trucs contre lesquels il faut lutter. Mais on voit ici que le puçage des animaux a son utilité. Reste que sans l’efficacité des réseaux sociaux, peut-être qu’aucun chien n’aurait retrouvé son propriétaire. »

 




Écrit par Helene

wavatar
Par amour des animaux, pour les animaux.

Regardez également

Bravo et merci !!! Strasbourg : la Fondation 30 Millions d’Amis vient en aide aux chiens et chats des sans-abri

A Strasbourg, la Fondation 30 Millions d’Amis a financé une campagne d’identification et de vaccination …