mercredi , 25 avril 2018
Accueil / SAUVETAGES / Bretagne : 89 animaux sauvés dans une maison insalubre !!! la propriétaire condamnée (vidéo)

Bretagne : 89 animaux sauvés dans une maison insalubre !!! la propriétaire condamnée (vidéo)

la Fondation 30 Millions d’Amis sauve près de 90 animaux qui vivaient dans le noir et dans une maison insalubre à Plouézec (22). Le Tribunal Correctionnel de Saint-Brieuc a condamné leur propriétaire.

Ses animaux vivaient dans le noir et au milieu de leurs excréments… Leur maîtresse a été reconnue coupable de « mauvais traitements » par le Tribunal Correctionnel de Saint-Brieuc. Les 89 animaux ont été remis par la justice à la Fondation 30 Millions d’Amis (19/10/2017). Placée sous curatelle, la prévenue écope aussi d’une amende de 300 euros avec sursis.

A la suite d’un signalement de l’association « Bête de scène », la Fondation 30 Millions d’Amis était intervenue, au domicile d’une sœur et de son frère pour secourir plus de 80 animaux à Plouézec (22). Dans leur maison insalubre, survivaient une vingtaine de chiens, 8 chats, une trentaine d’oiseaux et une vingtaine de NACS au milieu de déchets et d’immondices. Les chiens, qui n’avaient jamais vu la lumière du jour, vivaient reclus sous les journaux et les vêtements entassés imbibés d’urine.

Les animaux, traumatisés et apeurés, avaient été placés au refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie à Saint-Hilliers (77). Les animaux exotiques avaient été transférés au Natuurhulpcentrum en Belgique.

Écrit par Helene

wavatar
Par amour des animaux, pour les animaux.

Regardez également

Un chien pris au piège dans un bassin de rétention du Puy-en-Velay sauvé des eaux par les plongeurs

Drôle de mésaventure survenue à un chien, lundi matin, aux abords du contournement du Puy-en-Velay. …

2 commentaires

  1. Inimaginable. De qui se moque t’on ? 300 euros d’amende pour une telle cruauté ? Qu’elle reste dans ses excréments et ne soit pas nourrie. Pauvres animaux . Il faut absolument des contrôles rigoureux et ponctuels sans avis préalable. Des vraies sanctions s’imposent pour de tels traitements infligés.